Comme tous les après-midi, Mohammed, jeune soudanais de 17 ans prend le bus pour rejoindre la zone de l’Eurotunnel. « I go for chance » est l’expression que les migrants utilisent lorsqu’ils vont errer sur les parkings à la recherche d’un véhicule pour traverser le détroit. 


À Calais, depuis près de 20 ans, des personnes affluent principalement d’Afrique et du Moyen-Orient. Souvent déboutés du droit d’asile, l’Angleterre est leur dernier espoir pour commencer une nouvelle vie. Alors que le nombre de migrants présents à Calais a beaucoup diminué depuis le démantèlement de la « grande jungle » en 2016 (entre 800 et 1500 personnes actuellement), la politique de la ville et de l’Etat est devenue plus répressive afin de rendre leur installation la plus difficile possible. Les terrains où s’établissent les camps, à la périphérie de la ville, sont évacués puis rasés et grillagés. La vie de ces migrants est rythmée par le passage des associations humanitaires, l’expulsion  des camps toutes les 48 heures (967 expulsions en 2020 d’après Human Rights Observers ) et chaque nuit, leurs tentatives désespérées de passage en Angleterre. 


Calais, est pour ces exilés la dernière étape d’un long périple qui peine à trouver une fin. 


Travail réalisé à Calais depuis mars 2020.

Les prénoms avec * ont étés modifiés

Mohamed, âgé de 17 ans, est soudanais. Il a dû fuir Khartoum, en décembre 2018. Arrivé seul à Calais le 25 février 2020, chaque après-midi, il erre dans la zone d'Euro-tunnel et du centre commercial "Cité Europe" dans l'espoir de trouver une voiture pour rejoindre l'Angleterre. Il appelle cela "tenter sa chance". Après quelques semaines à Calais, Mohamed est arrivé au Royaume-Uni et vit maintenant à Brighton.

Mohamed, âgé de 17 ans, est soudanais. Il a dû fuir Khartoum, en décembre 2018. Arrivé seul à Calais le 25 février 2020, chaque après-midi, il erre dans la zone d'Euro-tunnel et du centre commercial "Cité Europe" dans l'espoir de trouver une voiture pour rejoindre l'Angleterre. Il appelle cela "tenter sa chance". Après quelques semaines à Calais, Mohamed est arrivé au Royaume-Uni et vit maintenant à Brighton.

Using Format